Histoire

Fondation | Histoire

Dr. méd. Maximilian Bircher-Benner
(1867-1939)

En sa qualité de médecin et chercheur engagé au niveau éthique, humain et scientifique, le Dr. M. Bircher-Benner découvrit l’effet important du régime diététique vital de végétaux crus, ainsi que la thérapie régulatrice. En 1905, il publia sa première théorie diététique qui fut très remarquée.

A cette époque déjà, il démontra non seulement cliniquement mais aussi par la deuxième loi principale de la thermodynamique (loi de l’entropie) que ce n’est pas l’énergie calorique des aliments mais le degré d’ordre de l’énergie qu’ils contiennent qui est décisif dans le maintien de la santé ou la guérison.

C’est également à cette époque qu’il décrivit l’énergie des cellules vivantes  des végétaux crus en la comparant à la lumière solaire. Il désigna les cellules végétales vivantes sous le nom d’accumulateurs de lumière et les répartit en quatre degrés d’ordre selon leur proximité biologique de la photosynthèse. Ces quatre degrés devinrent la base la plus importante de sa diététique.

Par la suite, cette accumulation de lumière a pu être mesurée: il a démontré que les photons de la lumière solaire sont accumulés dans les cellules vivantes à la manière d’un laser et que des systèmes d’enzymes biologiques sont activés par cet effet lumineux d’une manière beaucoup plus intense que par l’énergie calorique. (facteur 1030).

Dans le cadre d’une thérapie globale qu’il adapta exactement aux conditions définies par la nature, il obtint une effet thérapeutique encore jamais atteint pour des maladies dites inguérissables.

En 1937, il refusa sa nomination en tant que professeur ordinaire à l’hôpital Rudolf Hess à Berlin pour des raisons politiques.

La clinique Bircher-Benner a accueilli entre autre patients : Le Tsar Nicolas II, Sir Stafford Cripps (ministre des affaires étrangères de Churchill), la Présidente Golda Meyr, le Président tunisien Hasbib Bourguiba, Rainer Maria Rilke, Thomas Mann, Hermann Hesse, Geza Anda, Jehudi Menuhin, Helena Rubinstein et bien d’autres personnalités encore.

Parmi ses amis, Bircher-Benner a compté la doctoresse et pédagogue Marias Montessori, le Dr. Auguste Forel ainsi que Sigmund Freud (qu’il considéra avec un esprit critique après son interprétation totalement différente du complexe d’Œdipe dans ses écrits « Der Menschenseele Not », la douleur de l’âme humaine), le psychiatre et psychologue C.G. Jung et le poète suisse Carl Spitteler.

Histoire de la clinique Bircher-Benner à Le Pont